Dans votre région
Catalogue 2017

Maîtriser l'hybridation : la technologie CROISOR®

Détenteur d'un savoir-faire unique en terme de production de blés hybrides, SAATEN-UNION mène des recherches constante sur les outils d'hybridation afin de conserver son avantage comparatif en la matière.

Les différentes techniques d'hybridation

La méthode traditionnelle de production de céréales hybrides fait appel à la castration mécanique du parent femelle afin d’empêcher l’autopollinisation. Ce parent devient alors « mâle stérile ». Chez la plupart des plantes cultivées, les fleurs sont de taille si petite que castrer le parent femelle est impossible à grande échelle. C’est en particulier le cas avec les céréales à paille telles que le blé, l’orge ou le riz.

Quand la suppression physique des anthères est impraticable, la stérilité mâle peut être provoquée en appliquant un agent chimique d’hybridation (ACH) qui inhibe la synthèse de pollen viable.

Cette technique est actuellement la seule développée en Europe pour le blé.

Principe de l’hybridation par ACH (Agent Chimique d’Hybridation)

Les Agents Chimiques d’Hybridation (dits ACH) sont des substances de synthèse qui, appliquées à un stade précis du développement d’une plante, perturbent la formation des grains de pollen, ce qui a pour effet de rendre la plante « mâle-stérile ». La plante ainsi stérilisée ne pourra être fécondée que par le pollen d’une autre plante, de même espèce.

Ainsi, le blé obtenu sera « hybride » : le résultat du croisement des deux lignées de blés « parents ». C’est ce blé hybride qui sera commercialisé auprès des organismes agricoles (coopératives et maisons de distributeurs).

Les substances ACH sont considérées comme des produits phytosanitaires de la classe des régulateurs de croissance.

Le CROISOR®100

A ce jour, il existe un seul ACH utilisé dans l’Union Européenne, le CROISOR®100, propriété de SAATEN-UNION. Le CROISOR®100 est la formulation commerciale de la matière active, le SINTOFEN (parfois orthographié CINTOFEN).

Conformément à la réglementation en vigueur, SAATEN-UNION a procédé au dépôt du Sintofen et du Croisor®100 auprès des autorités compétentes. Le Sintofen a reçu un agrément d’homologation en 2011. Il est ainsi inscrit à l’annexe 1 de la Directive EU 91/414. Le Croisor quant à lui a obtenu un agrément d’autorisation de mise sur le marché, également en 2011.

L’usage du Croisor est restreint aux agriculteurs bénéficiant d’un contrat de production en blé hybride avec SAATEN-UNION.

Croisement par stérilité mâle cytoplasmique (CMS)

Une autre technique fait appel à la stérilité mâle cytoplasmique (CMS) associée à la restauration de fertilité (Rf) et au maintien de stérilité. Elle utilise une information génétique présente naturellement dans le cytoplasme (mitochondries ou chloroplastes) de certains individus de la même espèce cultivée, ou d’une espèce voisine généralement sauvage.

Dans ce cas la stérilité mâle est transférée par croisement naturel quand c’est possible, ou par biotechnologie, par fusion de protoplastes.

Cette technique est utilisée sur l’orge depuis le début des années 2000, grâce à une CMS découverte dans une orge sauvage. Pour le blé, les systèmes de stérilité découverts dans certaines espèces sauvages (notamment Triticum timopheevi) ont été utilisés sans grand succès à ce jour, aux USA, en Afrique du Sud, en Australie et en Chine.



Ce site Internet utilise des cookies. En continuant votre navigation, vous en acceptez l'utilisation. Pour plus d'information, consultez notre politique de confidentialité.