Dans votre région
Catalogue 2017

Nos actualités



SAATEN-UNION : une dynamique sociale ancrée

Derrière ce titre ô combien évocateur se cache un récent article paru dans Circuits Culture, mettant à l'honneur la gestion des ressources humaines au sein de l'entreprise.
Une publication à (re)lire, en accès libre, ci-après.

Chez SAATEN-UNION, la gestion des carrières n’est pas laissée au hasard. Car la volonté de la direction est de faire que chaque salarié évolue tout en gardant l’esprit PME de ce groupe familial. Ainsi, deux journées du personnel sont organisées tous les ans où activités ludiques et bilan professionnel se mêlent. Des ateliers « passons de l’autre côté du miroir » sont également proposés aux salariés intéressés.

SAATEN-UNION a triplé ses effectifs en quatre ans, et compte désormais 90 salariés. L’entreprise grossit mais elle souhaite conserver l’esprit familial du groupe et de la proximité avec les employés. « La porte du directeur général est toujours ouverte », souligne Sabrina Littière, responsable des ressources humaines chez SAATEN-UNION. Embaucher, oui, mais la priorité est de garder les salariés, qu’ils se sentent bien et qu’ils évoluent. Ainsi, le service ressources humaines a été créé il y a quatre ans. Et la GPEC1 a été mise en place il y a un an, même si SAATEN-UNION n’en avait pas l’obligation réglementaire. « Au vu des évolutions innovantes de l’entreprise, il fallait être innovant également avec les salariés, évoque-t-elle. L’objectif est de mettre en place une dynamique de carrière. »

Quelles sont donc les actions déployées par ce service ressources humaines ? Il accompagne les jeunes ingénieurs : leur potentiel est évalué après quelques années d’expérience chez SAATEN-UNION afin de voir vers quels postes ils peuvent évoluer. Et tous les services de l’entreprise leur sont détaillés pour une meilleure connaissance des possibilités, afin de les mener à leurs projets.

SAATEN-UNION compte différents métiers tels que des sélectionneurs, des promoteurs ou des comptables, et plusieurs sites. Le siège est situé à Estrées-Saint-Denis dans l’Oise. L’usine de production se trouve à une vingtaine de kilomètres. Quant aux commerciaux et techniciens de production, ils sont présents dans différentes antennes en France. Comment faire connaître tous ces métiers aux salariés ? La solution trouvée par le service RH est la mise en place d’ateliers « passons de l’autre côté du miroir » : comment mettre en marché leurs produits, comment conduire un tracteur, comment analyser leurs semences… Ils sont réalisés trois à quatre fois par an. Chaque service peut organiser un atelier. « Le but est de comprendre tous les métiers de l’entreprise et le travail de l’autre », indique Sabrina Littière.

Des cours d’anglais sont proposés

Tous les ans, deux journées d’entreprise sont organisées. En juin, lors de la visite des essais par les commerciaux, les salariés de SAATEN-UNION échangent autour d’un barbecue sur les six mois passés. Puis ils participent aux ateliers « passons de l’autre côté du miroir ». En fin d’année, l’organisation est différente : la première partie de la journée est dédiée au bilan. Puis, des activités ludiques complètent la journée.

Depuis deux ans, chaque salarié a la possibilité de participer à des cours d’anglais, que ce soit pour son activité professionnelle ou non. Ils sont dispensés au siège social, soit en groupe, soit en individuel selon les besoins de chacun.

Le service RH s’appuie également sur les formations. Le budget qui y est consacré permet à chaque salarié de participer annuellement à une ou deux formations. Citons l’exemple d’une comptable, recrutée il y a trois ans, qui a bénéficié cette année d’une formation afin de devenir contrôleuse de gestion. Une belle évolution !

La GPEC gère aussi les départs en retraite et les anticipe. Par exemple, en 2015, un futur retraité, en activité chez SAATEN-UNION depuis 2002, est devenu formateur interne en entreprise afin de transmettre son savoir. « Grâce à cette transition, il ne part pas brusquement », précise la responsable. Du jeune embauché au futur retraité, chaque salarié est écouté.

Stéphanie Bot



Ce site Internet utilise des cookies. En continuant votre navigation, vous en acceptez l'utilisation. Pour plus d'information, consultez notre politique de confidentialité.