Dans votre région
Catalogue 2017

Relocalisation en Picardie du programme orges hybrides

En relocalisant en Picardie sa sélection orge hybride, SAATEN-UNION conforte sa stratégie française en céréales hybrides.

Déjà très actif en blé hybride et en seigle hybride, le groupe SAATEN-UNION continue de développer son expertise en semences de céréales hybrides en décidant d’accélérer un programme de recherche dédié à l’orge hybride. La responsabilité en est confiée à SAATEN-UNION RECHERCHE, filiale française basée à Estrées-Saint-Denis (60), reconnue pour ses variétés de blé hybride cultivées dans 15 pays européens, et qui devient ainsi un pôle d’excellence en céréales hybrides pour le groupe semencier.

SAATEN-UNION RECHERCHE s’est vue confier depuis 2013 la responsabilité du programme « orge hybride » initié par deux des actionnaires de SAATEN-UNION, ACKERMANN et NORDSAAT.

Cette relocalisation doit permettre l’accélération du projet qui bénéficie à Estrées-Saint-Denis des compétences récemment renforcées des équipes de SAATEN-UNION RECHERCHE, et tout particulièrement des savoir-faire acquis en sélection et en production de semences de blé hybride depuis plus de dix ans. Les conditions agro-climatiques ainsi que l’attractivité fiscale de la France pour la recherche (grâce au Crédit Impôt Recherche) ont aussi pesé dans la décision.

A la différence du blé hybride (dont la production repose sur l’utilisation de l’agent chimique d’hybridation Croisor®), le programme « orge hybride » est, comme en seigle, de type CMS – Stérilité Male Cytoplasmique –. La stérilité male cytoplasmique est une caractéristique biologique courante dans la nature, et notamment dans l’orge. Elle empêche la production de pollen viable et fertile. Contrôlée dans la plante par les gênes du cytoplasme cellulaire, la stérilité male est introduite par croisement. La CMS est ainsi intégrée à une lignée femelle par une série de backcross dont la réalisation est gourmande en temps. Ce sont ainsi pas moins de 6 années qui sont nécessaires avant de pouvoir effectuer un dépôt.

Pour réduire autant que possible la durée des différentes étapes conduisant au dépôt d’une variété, SUR fait appel aux technologies les plus récentes employées en sélection. La production de plantes dihaploïdes et le marquage moléculaire, comptent ainsi parmi les techniques employées pour obtenir plus rapidement des lignées mâles porteuses du gène de restauration de la fertilité.

Les premières variétés d’orge d’hiver six-rangs hybrides issues de ces travaux seront de type fourrager, mais des développements sur des profils à orientation brassicole ne sont pas exclus.